Pose et Maintenance

VERIFICATIONS ET CONSIGNES DE SECURITE… « DE LA FABRICATION A L’UTILISATION DU PARQUET… »

Un revêtement du sol à base de bois, communément appelé parquet, est réalisé à l’aide d’éléments unitaires de pose de bois massif naturel (dits traditionnels) ou, de plus en plus, à l’aide d’éléments multicouche à deux ou à trois couches (improprement désignés “préfinis”) qui, si fabriqués avec soin, expertise et professionnalisme, présentent des caractéristiques de construction, techniques et qualitatives meilleures par rapport aux éléments “traditionnels”, en élevant les qualités innées et propriétés typiques et toujours uniques du bois massif naturel.

Original Parquet S.p.A. ne laisse rien au hasard; tout est conçu, approfondi, médité et envisagé pour produire des éléments de pose stables, performants, durables et de qualité testée et prouvée.  Des actions et activités, qui trouvent leur plus-value dans la valorisation de la fabrication, en la faisant connaître et en la caractérisant aux plus hauts niveaux dans la créativité, le design, la conception, le style… en synthèse la qualité du “Made in Italy”.

Tous les éléments de pose à structure multicouche sont formés d’une couche supérieure de bois massif noble et d’une ou plusieurs couches additionnelles de matériaux à base de bois collées les unes aux autres conformément aux normes techniques européennes en vigueur les plus sévères.

Ce qui les caractérise et les rend spéciaux sont le choix minutieux des matières premières, la méticulosité dans le traitement et la précision des phases du procédé de fabrication et de vernis-finition.Des soins artisanaux spasmodiques grâce auxquels chaque élément réalisé garantit toujours d’excellentes qualités dans le respect total des prescriptions de performances les plus rigoureuses établies par les standards européens.

 

DES VERIFICATIONS CONTINUES DE LA FABRICATION A L’UTILISATION

Original Parquet, forte de sa technique et expérience, accumulée en plusieurs décennies d’activité, et pour souligner la culture et le style “Made in Italy”, est depuis toujours engagée dans la production d’éléments de pose pour toute utilisation possible, notamment après avoir exécuté et fait exécuter des contrôles et vérifications susceptibles de démontrer la qualité, le soin des phases de fabrication-finition ainsi qu’une bonne information à ses clients. 

Le tout est suivi à chaque étape avec des vérifications minutieuses et continues avant le conditionnement et l’emballage méticuleux pour l’expédition, sans pour autant négliger la documentation établie par les Lois, Directives, Règlements nationaux et Communautaires européens, en vue d’objectiver et de démontrer de façon univoque et manifeste la qualité réelle de ses produits.

En définitive… un contrôle continu et quotidien étape par étape pour démontrer toujours plus de façon unique et indépendante la volonté de l’amélioration constante de l’entreprise et de la qualité des produits proposés. 

 

VERIFICATIONS, CONSIGNES DE SECURITE ET CONSEILS

Dans le but d’assurer au fil du temps le meilleur emploi et maintien des performances des éléments ligneux fournis, les vérifications techniques se révèlent très utiles.

 

VERIFICATIONS PRELIMINAIRES POUR LE MILIEU DE POSE

Avant d’assembler le parquet et avant même de déposer les palettes d’éléments à poser, il faut exécuter une série de contrôles et vérifications préliminaires susceptibles de vérifier l’aptitude du lieu et des conditions environnementales des milieux, où poser les éléments en bois.

  • Existence de la porte d’entrée et que les fenêtres comme les vitres correspondantes ont été installées.
  • Vérifier que la peinture des parois a été achevée et que le vernis a bien séché, notamment au cas où il faudrait installer des éléments déjà parachevés en usine.
  • Si par contre on devait installer des éléments pré-polis ou bruts, il faudra vérifier que les parois ont été peintes, à l’exception de la dernière couche, qui sera exécutée après l’installation du parquet avant le ponçage des fonds et l’application de la dernière couche de finition.
  • Vérifier que tous les autres travaux de construction et de finition éventuels tels que par exemple maçonneries, montage des sanitaires et ainsi de suite ont été conclus.
  • Contrôler à l’aide d’un instrument de mesure (hygromètre) approprié que l’humidité relative de l’environnement est bien comprise entre l’intervalle 45% – 65%, d’autant plus que celle-ci pourrait être négativement influencée par une peinture récente des parois, par un climat extérieur trop humide, par une isolation thermique défectueuse.
  • Contrôler que la température interne des locaux de pose est autant que possible uniforme et comprise entre 15°C-24°C, car des températures supérieures ou inférieures peuvent déclencher des altérations au cours de la pose des éléments en bois, le séchage des colles et des vernis de finition éventuels.
  • Contrôler que la température des locaux de la pose se révèle autant que possible semblable, dans toute la période de l’année et notamment en hiver, à celle des locaux sous-jacents. Ces conditions faisant défaut, il est indispensable de se protéger convenablement de l’apparition possible de phénomènes de condensation au niveau de la sous-couche.  De ce point de vue, les locaux chauffés qui dominent des portiques ou bien des garages non chauffés ou de toute façon des milieux en communication directe avec l’extérieur et finalement les locaux, surtout si faiblement chauffés ou même réfrigérés, dominant des milieux particulièrement chauds et humides (par exemple des saunas, piscines internes, salles de gymnastique, etc.) représentent des situations typiques à risque élevé. Par conséquent, il y a lieu de prêter une attention toute particulière lors de la pose de la barrière à vapeur ou de l’écran thermique.

 

VERIFICATIONS POUR LA CHAPE (SOUS-COUCHE)

Avant même la pose des éléments en bois, le parqueteur doit toujours s’assurer que le plan de pose, c’est-à-dire la chape (dite également sous-couche) possède les caractéristiques nécessaires et appropriées, qui en indiquent l’aptitude à recevoir les éléments à poser. Bien que les vérifications à exécuter soient pour la plupart tout à fait simples, il faut les exécuter avec un grand soin et beaucoup d’attention, car elles sont basilaires pour la réussite du revêtement de sol en bois.

  • Planéité et Cote. Il faudra contrôler que sur le plan de pose il n’y a pas de dénivelés, affaissements et/ou reliefs susceptibles d’empêcher que la colle appliquée sur la sous-couche n’adhère convenablement au bois. La méthode de vérification est tout à fait simple: il faut s’équiper d’une règle graduée (jauge) de 2 mètres de long à poser sur la surface de la chape et vérifier qu’il n’y a pas d’affaissements dépassant 2 millimètres. La vérification devra être refaite maintes fois en fonction de la surface qu’il faudra parqueter.
  •  Compacité et Rayage. Ces vérifications sont nécessaires pour s’assurer qu’il existe la cohésion superficielle suffisante ainsi que la résistance adéquate aux contraintes possibles du parquet futur. Quant au test de rayage, la méthode de vérification est tout à fait simple, il faudra essayer de graver la surface de la chape avec un clou, ce qui créera un réseau orthogonal, et observer si, après avoir nettoyé le réseau, ont été occasionnés des rainures ou des effritements. Une bonne chape ne doit présenter aucun effritement. Pour évaluer la compacité de la sous-couche, il faudra se servir d’un maillet de 500 grammes et frapper la surface de la chape avec le battant du maillet, opération suite à laquelle il ne doit pas y avoir de fentes, fissurations ou empreintes du battant. Une chape s’entend adéquate, si sur la surface il n’y a pas d’empreintes, fissures et/ou fentes, au cas où l’on constaterait une ou plusieurs des anomalies susdites ou bien serait vérifiée une sortie de poussière pendant le battage, il ne faut absolument pas commencer la pose du parquet, sans que le plan de pose n’ait été auparavant consolidé.
  • Fissurations. Tout le plan de pose doit être exempt de fissures évidentes, celles-ci pouvant déclencher des phénomènes localisés d’une faible consistance et/ou des affaissements de la sous-couche. Ce ne sont que des écaillages, fissures et capillaires dérivant du rétrécissement physiologique et naturel de la chape qui sont admis. Il va sans dire que si l’on constate des fissures évidentes, il faudra les consolider à l’aide de produits adéquats avant d’effectuer la pose.
  • Humidité résiduelle. Il y a lieu de toujours vérifier et de contrôler la teneur en humidité % de la chape, cette valeur étant fondamentale pour déterminer grand nombre des propriétés dont le parquet sera doté. La teneur en humidité % sera mesurée en plusieurs endroits de la surface globale de pose, en sélectionnant les zones les plus critiques et le nombre des contrôles dépendra de l’étendue de la surface à parqueter. L’instrument à utiliser est l’hygromètre au carbure de calcium. Le nombre des vérifications à exécuter et la valeur de la teneur en humidité %, que la chape ne doit pas dépasser, sont indiquées au schéma ci-après.

TENEUR EN HUMIDITE % ET NOMBRE DE VERIFICATIONS A EXECUTER (EXTRAIT DES NORMES UNI 11371 ET UNI10329)

  • Epaisseur. L’épaisseur de la chape représente une caractéristique fondamentale, pour s’assurer que le parquet demeure toujours stable, n’absorbe pas de chaleur excessive provenant de l’installation de chauffage qui y est incorporée et en vue de la meilleure cohésion et consistance de tout le système.Par conséquent, l’épaisseur de la chape au-dessus des tubulures ne doit jamais être inférieure à 30 mm et, dans le cas de systèmes radiants, afin de limiter la formation de fissurations, il convient de noyer dans la chape un treillis électro-soudé à mailles et de diamètre prévus pour la destination finale du revêtement de sol.

Il est possible de poser aussi sur une chape ayant une épaisseur n’excédant pas 20 mm, si celle-ci a été exécutée conformément au point 4.2.1.4 de la norme UNI 11371.

Pour une question d’exhaustivité d’information, veuillez trouver ci-après à titre d’exemple un schéma des épaisseurs de la chape prévue pour les différentes typologies de chapes en ciment ou à base de bois spéciaux.

  • Nettoyage. Il faut l’exécuter scrupuleusement et méticuleusement, afin que le plan de pose soit exempt d’huiles, cires, graisses, substances détachantes, poudres, taches de couleurs ou peintures, restes d’autres substances incohérentes ou pouvant compromettre les capacités de collage des matériaux employés.
  • Résistances mécaniques. La vérification appartient à la société ayant réalisé la chape et a pour but d’évaluer si la chape est cohésive sur toute l’épaisseur, si elle est compacte et si elle est dotée d’une résistance suffisante à la compression. Cette vérification revient à l’entreprise qui réalise la sous-couche.
  • Si l’humidité et/ou d’autres caractéristiques ne sont pas estimées appropriées ou n’entrent pas dans les valeurs fixées par la norme UNI 11371, il convient de consulter les producteurs d’apprêts, mastics, produits de consolidation, d’égalisation, mortiers, promoteurs d’adhésion, isolants d’imperméabilisation, dégraissants ou décapants pour décider lesquels choisir et comment les utiliser pour la restauration de la chape.

Pour d’autres informations il est conseillé de consulter la norme UNI 11371 laquelle, entre autres, établit que pour s’assurer de la conformité de la sous-couche, c’est au poseur que revient l’exécution des vérifications ci-après: planéité, cote, teneur en humidité %, fissures, compacité, rayage et nettoyage, tandis que sont à la charge de l’entreprise ayant prévu la chape les vérifications de l’épaisseur, cote, planéité, compacité et résistances mécaniques, le tout en délivrant la “déclaration de conformité” des propriétés de la chape conformément à ce qui est établi par la norme UNI 11371.

 

VERIFICATIONS DE LA CHAPE AVEC INSTALLATION DE CHAUFFAGE/REFROIDISSEMENT

  • Il s’agit de sous-couches qui sont très utilisées ces dernières années, du fait que si elles sont bien calibrées et gérées, elles permettent de réduire et limiter les consommations. Si on se trouve dans cette situation, les vérifications nécessaires à exécuter sont les suivantes:
  • Porter la plus grande attention, en détectant la présence possible de matériaux d’isolation ou d’allègement à cellules ouvertes comme l’argile expansée, vermiculite expansée et ainsi de suite, étant donné qu’ils se caractérisent par leur pouvoir élevé de rétention hydrique.
  • S’assurer que le cycle de préchauffage (choc thermique) a eu lieu convenablement suivant les indications spécifiques du producteur de l’installation et que la déclaration qui s’impose a été délivrée. 
  • La distance entre la surface du plan de pose et les corps chauffants sous-jacents ne doit être jamais inférieure à 30 mm.
  • Dans le cas de chape de ciment, la teneur en humidité % résiduelle ne devra pas dépasser 1.7%.
  • La température du plan de pose ne doit pas dépasser 25°C – 26°C, afin d’assurer sur le plan du parquet une température non supérieure à 22°C – 23°C.
  • Vérification des caractéristiques techniques appropriées préalablement analysées pour la chape.

 

VERIFICATIONS DES PLANS DE POSE PREEXISTANTS

Au cas où l’on devrait poser sur des sols préexistants ayant été soumis à des traitements superficiels particuliers (par exemple avec de la cire ou un émaillage), avant de procéder à la pose des éléments en bois avec de la colle, exécuter d’abord le dégrossissage du plancher avec de l’acide muriatique ou de l’eau et soude et ensuite exécuter le griffage, afin de faciliter l’ancrage et l’accrochage de l’élément en bois avec la colle. 

 

SOLS CERAMIQUES OU EN PIERRE

Avant d’exécuter la pose des éléments en bois, vérifier :

  • Teneur en humidité % qui doit correspondre à celle prévue pour les chapes en ciment (1,7% – 2%).
  • Solidité du sol existant, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de carreaux ou dalles effritées, fissurées ou brisées.
  • Contraintes du sol à la sous-couche, c’est-à-dire que chaque élément est bien accroché à la sous-couche.
  • Capacité d’accrochage du plan de pose préexistant.C’est-à-dire vérifier la congruence entre le matériau du sol préexistant et l’adhésif qui servira pour coller les éléments en bois.

 

SOLS EN PVC, LINOLEUM ET MOQUETTE

  • En plus de ce qui a été dit ci-dessus, il faudra porter le plus grand soin pour enlever mécaniquement toutes les traces des anciennes colles. Au cas où certaines traces résisteraient, il faudra avoirs recours à une colle compatible avec les résidus, en vue d’éviter le risque de réactions chimiques susceptibles de nuire à l’étanchéité de la colle en question.

 

SOLS EN BOIS

Habituellement ils représentent un bon plan pour la pose de nouveaux parquets, mais, en plus de ce qui a été exposé ci-dessus, il y aura lieu de s’assurer et vérifier si :

  • L’ancien parquet est bien accroché à la sous-couche.
  • Il n’y a pas d’éléments excessivement moisis ou présentant des traces d’humidité.Si c’était le cas, il faudra procéder à leur élimination et restaurer le plan de pose, avant d’assembler le nouveau parquet.
  • Il convient de poser les nouveaux éléments en direction orthogonale ou orientée de 45 degrés par rapport au sens du parquet préexistant.

 

QUELQUES CONSIGNES DE SECURITE ET CONSEILS POUR LA POSE DU PARQUET AVEC DE LA COLLE

Avant d’exécuter la pose des éléments en bois à l’aide de la technique du collage, prendre le plus grand soin de :

  • garder les emballages à l’abri, dans des locaux protégés des intempéries;
  • isoler les emballages du sol et les empiler de manière à éviter toute déformation;
  • transporter les emballages des éléments dans les milieux où il est prévu d’effectuer la pose;
  • s’assurer que l’humidité ambiante et la température des locaux ont obtenu des niveaux appropriés, c’est-à-dire: humidité relative de l’air 45%-65% et température 16-24°C.

 

QUELQUES CONSIGNES DE SECURITE ET CONSEILS POUR LA POSE DU PARQUET FLOTTANT

Avant d’exécuter la pose des éléments à l’aide de la technique du parquet flottant, il convient de:

  • exécuter les vérifications analysées pour les chapes;
  • étaler les feuilles de polyéthylène sur la surface de la chape; il est bon que les feuilles soient surmontées et enrubannées environ 100 mm et retournées sur les parois de la hauteur au moins de la plinthe; 
  • étaler les feuilles ou les rouleaux de matelas thermo-acoustique isolant comme établi par le producteur.
  • A mesure que l’on procède avec la pose des éléments en bois, insérer des cales en plastique ou en bois entre les éléments du parquet et le périmètre du local, exactement au niveau du joint de dilatation de périmètre nécessaire, dont l’ampleur doit être comprise entre 8 et 10 mm.Les cales seront enlevées après environ un ou deux jours en fonction des conditions d’humidité; dans le cas d’une forte humidité, les enlever après quelques heures.
  • Chaque élément en bois est joint à l’aide d’un peu de colle appliquée sur le côté inférieur de la rainure.
  • Il convient que la colle soit d’origine vinylique.
  • Si les parois du local de la pose sont bien droites, il est conseillé de commencer par l’angle opposé à la porte, comme il se produit normalement pour le revêtement avec les carreaux.
  • Les éléments s’encastrent à fond les uns dans les autres, en tapant sur une pièce d’élément de rebut, sur lequel on laisse la languette ou la rainure intactes en fonction des besoins. Si possible, « tirer » le sol à l’aide de l’équipement approprié.
  • La colle, qui éventuellement sort des joints, doit être rapidement éliminée avec une éponge humide.
  • Le dernier élément d’une rangée peut être inséré à l’aide d’un simple maillet.

 

QUELQUES CONSIGNES DE SECURITE ET CONSEILS POUR LA POSE DU PARQUET SUR PANNEAUX EN BOIS

Dans le cas de pose d’éléments en bois sur un support formé de plusieurs types de panneaux en bois (par exemple multicouche, OSB), prendre soin de:

  • Exécuter les vérifications analysées pour les chapes.
  • Il est absolument déconseillé d’avoirs recours à des panneaux en bois comme sous-couche en présence de chauffage au sol, du fait qu’ils augmenteraient de façon importante l’isolation thermique, ce qui réduirait le rendement de l’installation.
  • Etaler deux feuilles en polyéthylène sur la surface de la chape. Il convient que les feuilles soient surmontées environ 100 mm et retournées sur les parois pour au moins 100 mm et de toute façon de la hauteur au moins de la plinthe.
  • L’épaisseur des panneaux à poser doit être de 20 mm et il faut les poser en les décalant en coffrage régulier.
  • Les panneaux peuvent être renforcés à l’aide de tasseaux à la sous-couche, en prenant soin de couler une résine imperméabilisante (par exemple polyuréthanique) dans le trou, où ils seront fixés.
  • Adopter un dessin de pose des éléments oblique ou transversal à celui des panneaux, de manière à éviter que les points de jonction des éléments chevauchent ceux de jonction entre les panneaux.
  • Laisser un joint de périmètre, afin que les panneaux ne touchent pas les parois.

 

VERIFICATIONS POUR PARQUET POSES A L’AIDE DE LA TECHNIQUE DU COLLAGE

Tout en considérant que l’évaluation d’un revêtement de sol en bois s’effectue à une hauteur d’homme et à contre-jour, les vérifications techniques à exécuter une fois le parquet posé sont les suivantes: 

  • Collage. La vérification s’effectue à l’aide d’un maillet au poids de 500 grammes ayant un battant rigide en plastique, pour repérer les endroits ayant des sons vides, qui mettent éventuellement en évidence l’absence d’adhésion et/ou d’accrochage entre élément en bois et chape sous-jacente.  La percussion doit être exécutée sur toute la surface du parquet.Le collage s’entend parfait, si aucun des éléments vérifiés ne produit de sons sourds sur une longueur supérieure à 20% de la longueur de l’élément et aucun des éléments posés ne présente des traces d’adhésif sur les côtés et sur les têtes.
  • Planéité. La vérification s’effectue à l’aide d’une règle rigide de deux mètres de long (jauge) posée sur plusieurs endroits de la surface parquetée et de cales avec échelle millimétrée à insérer dans les interstices éventuels entre surface du parquet et règle rigide. La planéité s’entend parfaite, si aucune mesure dans quelque position que ce soit du parquet ne dépasse la flèche de 2 mm.
  • Alignement des éléments. La vérification s’exécute à l’aide d’une règle rigide de deux mètres de long (jauge) disposée sur la surface du parquet en direction de la géométrie de pose et d’un calibre 1/20 mm.L’alignement s’obtient parfaitement lorsque l’écartement maximum entre la règle rigide et les côtés ou l’angle des éléments résulte inférieur à 1 mm, si la pose est en coffrage irrégulier ou régulier et 0,5 mm, si la pose est en chevrons.Dans le cas d’éléments d’une longueur supérieure à 150 mm l’écartement s’entend régulier, s’il est inférieur ou égal à 0,2% de la largeur de chaque élément posé.
  • Nivellement parfait entre revêtements de sol contigus. Au cas où il y aurait un parquet avec un revêtement de sol contigu d’un autre matériau, le nivellement parfait entre les deux sols sera vérifié à l’aide d’un comparateur doté d’un support et d’un plan rigide rectifié et le nivellement parfait s’entend conforme, si le décalage entre les deux niveaux de sols est inférieur ou égal à 2 mm.
  • Joints de dilatation. La vérification s’effectue à l’aide d’un mètre flexible ou rigide (précision 1 mm) et il faudra vérifier aussi bien les joints de périmètre que ceux intermédiaires et ceux au niveau de zones de communication entre locaux contigus (par exemple les seuils). Les joints de périmètre s’entendent conformes, s’ils mesurent au moins 8 mm de large et ne dépassent jamais l’épaisseur de la plinthe (si les éléments sont d’une épaisseur inférieure ou égale à 10 mm, la largeur des joints de périmètre peut être réduite à 6 mm).Les joints intermédiaires s’entendent adéquats, s’ils mesurent 8 mm de large et ne dépassent pas ce qui est prévu dans le cadre du projet, alors que les joints de dilatation au niveau des zones de communication entre locaux contigus s’entendent conformes, s’ils mesurent entre 5 et 8 mm de large.
  • Pour plus d’informations détaillées il est conseillé de consulter la norme technique UNI 11368-1.

D’autres simples vérifications et consignes de sécurité d’un usage commun, tout en n’étant pas réglementées, influent directement sur la qualité de la pose d’un parquet et sont synthétiquement répertoriées comme suit:

  • Eviter de réaliser des parquets ayant de forts contrastes de nuances de couleur clair-obscur du bois, le plus souvent dus au mélange chromatique manqué ou erroné et/ou au dessin des éléments de bois posés.
  • Eviter autant que possible l’utilisation du mastic et de l’adhésif sur les côtés et sur les têtes des éléments posés.
  • En cas de protection du parquet, il ne faut pas le couvrir avec des bâches en plastique ou carton, mais se servir de toiles non tissées transparentes.
  • Si on doit retravailler la surface sur place, faire attention à ne pas rayer ou faire de rainures.
  • Si on doit poser dans des milieux de grandes dimensions, prévoir un joint de dilatation intermédiaire au moins tous les 10 mètres dans le sens parallèle du fil du bois et tous les 30 mètres dans le sens longitudinal.
  • Il est conseillé d’adopter un joint de périmètre d’environ 10 mm en cas de dimensions du sol supérieures à 6mx6m.
  • Autant que possible, la pose des éléments devrait avoir lieu dans le sens de la longueur du local, de façon à réduire au minimum les joints de tête entre les éléments.

 

VERIFICATIONS POUR PARQUET AVEC ELEMENTS POSES A L’AIDE DE LA TECHNIQUE FLOTTANTE

A la différence des parquets collés, les vérifications à exécuter pour ce genre de parquets peuvent se résumer comme suit:

  • Planéité. La méthodologie est la même que celle établie pour les parquets posés avec adhésif et le sol en bois s’entend conforme, s’il ne résulte pas de flèche supérieure à 3 mm dans quelque position de mesure que ce soit. 
  • Déformation élastique.La vérification s’exécute à l’aide d’un équipement d’essai spécifique doté du système pour l’application de la charge et de la mesure de la déformation.A la suite de la charge appliquée de l’ordre d’une masse de 15± 0,75 kg, le parquet s’entend conforme, si dans chaque point de mesure les valeurs enregistrées s’avèrent inférieures ou égales à 0,8 mm.
  • Ouvertures entre les éléments du parquetage.La vérification des ouvertures entre les éléments du parquetage ou du parquet s’effectue à l’aide d’un calibre de 0,20 mm d’épaisseur, en le saisissant à une distance de 75 mm de la tête pénétrante.La détermination des ouvertures entre les éléments s’obtient, en essayant d’insérer le calibre d’épaisseur sans appliquer de force susceptible de le déformer, en 13 positions entre éléments contigus.Le parquet s’entend conforme, si le calibre d’épaisseur ne pénètre en aucun point des positions de mesure entre les éléments pour plus d’un millimètre.
  • Vérification de dénivelé entre revêtements de sol contigus.Au cas où il y aurait un parquet avec un revêtement de sol contigu d’un autre matériau, le nivellement parfait entre les deux sols sera vérifié à l’aide d’un comparateur doté d’un support et d’un plan rigide rectifié et le nivellement parfait est estimé conforme, si le décalage entre les deux niveaux de sols est inférieur ou égal à 2 mm, à moins qu’il n’en soit différemment établi par les prescriptions de projet.
  • Vérification des joints de dilatation.La vérification s’effectue à l’aide d’un mètre flexible ou rigide (1 mm de précision) et il faudra vérifier aussi bien les joints de périmètre que ceux intermédiaires et ceux au niveau de zones de communication entre locaux contigus (par exemple les seuils).Les joints de dilatation de périmètre s’entendent conformes, s’ils mesurent au moins 8 mm de large et en aucun point plus de l’épaisseur du socle de la plinthe ; ceux intermédiaires s’entendent conformes, s’ils mesurent au moins 8 mm de large et ne sont pas supérieurs à ce qui est prévu dans le cadre du projet, alors que les joints intermédiaires au niveau de seuils de séparation entre locaux contigus s’entendent conformes, s’ils mesurent entre 5 et 8 mm de large.
  • Vérification de la finition pour éléments à retravailler en place.La vérification est visuelle et la finition s’entend conforme, s’il n’y a pas de rebords de vernis ou s’il n’y a que des éléments isolés contenant des traces d’impureté (par exemple : poussière atmosphérique, fibres et soies de pinceau) et s’il n’y a pas de manques de touche dus à des résidus de silicone présents sur la surface du parquetage avant la phase de finition.
  • Pour plus d’informations détaillées il est conseillé de consulter la norme technique UNI 11368-2.

D’autres simples vérifications et consignes de sécurité d’un usage commun, tout en n’étant pas réglementées, influent directement sur la qualité de la pose d’un parquet flottant et sont synthétiquement répertoriées comme suit:

  • Eviter de réaliser des parquets ayant de forts contrastes de nuances de couleur clair-obscur du bois, le plus souvent dus au mélange chromatique manqué ou erroné et/ou au dessin des éléments de bois posés.
  • Eliminer les traces d’adhésif sur les côtés et sur les têtes des éléments posés.
  •  En cas de protection du parquet, il ne faut pas le couvrir avec des bâches en plastique ou carton, mais se servir de toiles non tissées transparentes.
  • Si on doit retravailler la surface sur place, faire attention à ne pas rayer ou faire de rainures.
  • Si on doit poser dans des milieux de grandes dimensions, prévoir un joint de dilatation intermédiaire au moins tous les 10 mètres dans le sens parallèle du fil du bois et tous les 30 mètres dans le sens longitudinal.
  • Il est conseillé d’adopter un joint de périmètre d’environ 10 mm en cas de dimensions du sol supérieures à 6mx6m.
  • Autant que possible, la pose des éléments devrait avoir lieu dans le sens de la longueur du local, de façon à réduire au minimum les joints de tête entre les éléments.
  • Le premier nettoyage du parquet pré-vernis peut avoir lieu deux jours après la pose, alors que pour les parquets retravaillés sur place le premier nettoyage ne devra pas avoir lieu avant sept jours de la pose.

 

QUELQUES CONSIGNES DE SECURITE APRES LA POSE

La période découlant entre la fin de la pose du parquet et l’entrée de celui qui vivra dans l’habitation est très importante du fait que, dans cette phase le parquet commence à se stabiliser aux conditions hydro-thermiques environnementales et, si celles-ci ne sont pas parfaitement conformes, elles peuvent déclencher des anomalies telles que par exemple: fissures, capillaires et fentes dus à des phénomènes de retrait du bois ou soulèvements, affaissements et/ou distorsions à la suite de gonflements anomaux du bois.  Des défauts que l’on peut éviter, si on respecte quelques simples règles pratiques, telles que par exemple:

  • Mettre un paillasson propre à l’entrée de l’habitation.
  • Bien nettoyer les semelles des chaussures sur le paillasson.
  • Bien nettoyer la surface du parquet à l’aide de produits détergents conseillés par le producteur des éléments ou bien en utilisant un chiffon humidifié d’eau tiède.
  • La température ne doit être jamais inférieure à 15°C et supérieure à 24°C-25°C.
  • L’humidité relative de l’air ne doit être jamais inférieure à 40% et supérieure à 65%.
  • Si les locaux doivent rester vides et non vécus pendant longtemps, ne pas couvrir le parquet.
  • Toujours faciliter le renouvellement et la ventilation d’air, en sorte que le parquet (et non seulement) puisse transpirer.
  • Ne pas poser sur le parquet des poids, paquets ou autre chose susceptible d’empêcher la transpiration du bois et facilitant le virage de couleur avec l’apparition inévitable de la différence chromatique.
  • Le parquet devrait être la dernière opération à exécuter avant la couche de finition pour les parois.Si ce n’était pas le cas, protéger momentanément les surfaces de piétinement du parquet par des toiles transpirantes uniquement le temps nécessaire pour peindre les parois.

 

QUELQUES CONSIGNES DE SECURITE POUR L’UTILISATION DU PARQUET

En vue d’assurer le maintien des performances du parquet le plus longtemps possible, il convient de mettre en pratique quelques simples astuces dictées par le bon sens, telles que par exemple:

  • Mettre un paillasson propre à l’entrée de l’habitation.
  • Bien nettoyer les semelles des chaussures sur le paillasson.
  • Garder une température entre 16°C-22°C et une humidité relative de l’air entre 45%-65%.Des variations hydrométriques environnementales par rapport aux intervalles susdits et/ou des températures de l’installation de chauffage/refroidissement éventuelles au sol non conformes (supérieures à 24°C) peuvent entraîner la formation de retraits, fuites, décrochages, affaissements et/ou défauts de planéité du plan, des détachements partiels et/ou des délaminages entre les couches de l’élément en bois. 
  • Aérer fréquemment les milieux.
  • Ne pas poser sur le parquet de gros poids concentrés en de petites portions.
  • Ne pas couvrir le parquet de tapis pendant les premiers mois.
  • Mettre les patins en feutre au-dessous des pieds des chaises et des meubles.
  • La chute d’objets acérés ou autrement pointus provoque des rayures et des rainures.
  • Le séjour d’animaux occasionne la formation de rainures, rayures, taches et halos.
  • Dans le cas d’objets et de meubles dotés de roulettes, s’assurer qu’ils sont bien dotés de roues en caoutchouc pour parquets vernis, huilés ou cirés.
  • La chute de braise et de flammes nues provoque la formation de brûlures.
  • Au fil du temps, les rayons ultraviolets font changer la couleur et la nuance du bois de la couche noble et de la couche de finition (effet oxydation).
  • Une humidité du bois trop faible provoque des retraits, une humidité trop élevée provoque des gonflements.
  • S’il tombe de l’eau ou des liquides d’une manière générale sur le parquet, enlever tout de suite le liquide avec du tissu absorbant et ensuite nettoyer la zone tachée avec un chiffon légèrement humide.
  • En été, éviter que le soleil tape directement sur le parquet pendant plusieurs heures, ce qui causerait aussi bien des micro-fissurations que le virage ou l’altération de la couleur de l’espèce ligneuse. 
  • Si le parquet est posé dans la cuisine et dans la salle de bains, laver le pavage aussitôt après l’utilisation avec une serpillière imbibée d’eau et bien essorée.

 

CONSIGNES DE SECURITE POUR LE NETTOYAGE ET L’ENTRETIEN DU PARQUET

Afin de garder les propriétés et performances du parquet inchangées le plus longtemps possible, il est conseillé d’adopter les simples astuces ci-après:

ENTRETIEN ORDINAIRE

  • Mettre un paillasson propre à l’entrée de l’habitation.
  • Bien nettoyer les semelles des chaussures sur le paillasson.
  • Enlever la poussière et, périodiquement, passer l’aspirateur équipé de brosses pour le parquet.
  • Pour laver et nettoyer le parquet, se servir d’un chiffon imbibé d’eau et bien essoré.
  • Pour laver et nettoyer le parquet, il est également possible d’utiliser un produit détergent neutre pour parquets, conseillé par le producteur des éléments en bois posés.
  • Au besoin, il est possible de traiter le parquet périodiquement avec des produits de protection à base de résines en dispersion aqueuse, indiqués par le producteur des éléments. Ne pas utiliser de produits mousseux et agressifs.

Ci-après suivent des indications à titre d’exemple pour la périodicité de l’entretien concernant les parquets vernis, huilés et cirés:

 

ENTRETIEN EXTRAORDINAIRE

Après des années d’utilisation quotidienne, le parquet pourrait se présenter usé, abîmé avec changement de couleur aussi bien en raison de l’exposition à la lumière que du phénomène naturel de l’oxydation du bois. Pour raviver le parquet et ramener le bois à son état d’origine, on peut avoir recours à l’entretien extraordinaire de la surface de piétinement, en suivant les étapes typiques de:

  • Remplacement des éléments abîmés.
  • Ponçage du plan de piétinement.
  • Masticage éventuel.
  • Nouveau cycle de vernissage-finition.

C’est grâce à l’avantage du parquet restauré, rétabli et récupéré que le maintien de ses performances est assuré pendant de nombreuses années encore.

 

POUR CONCLURE

La couleur naturelle variable, l’anisotropie, l’unicité et le caractère non reproductible du fil du bois, de la texture et du dessin sont des caractéristiques pouvant sembler limitatives et négatives, en réalité, elles s’avèrent plus que positives, du fait qu’elles identifient et caractérisent le bois qui, en raison de ces particularités, est très apprécié de la part des architectes, auteurs de projet, dessinateurs d’intérieurs, décorateurs et consommateurs.

Tout cela est rendu possible, parce que quotidiennement suivi, contrôlé, vérifié et exécuté avec soin, habilité et expérience, en vue de caractériser et mettre en évidence les qualités de résistance intrinsèques, visuelles, sensorielles et esthétiques, qui sont des médiateurs de rêves et conciliateurs de l’aspiration des hommes qui souhaitent maîtriser la technologie, en concevant ce que la nature ne peut pas faire.

Nous sommes en mesure de fournir des éléments de pose pour parquets, en démontrant l’application continue des piliers porteurs de la qualité totale dans la recherche spasmodique et constante de réaliser des éléments en bois pour parquet étant le résultat de la mise en pratique de nos 10 commandements:

  • Projetés avec créativité, design et style italien.
  • Conçus moyennant une étude d’ingénierie de conception.
  • Composés à l’aide de matières premières sélectionnées et provenant de sources certaines en conformité avec l’éthique et la durabilité écologique. 
  • Fabriqués à l’aide d’installations de production innovantes de dernière génération et suivis le long du procédé de production avec un soin extrêmement artisanal.
  • Suivis et soumis aux vérifications les plus rigides, établies par les normes et règlements nationaux et européens.
  • Robustes, résistants et durables, parce qu’ils répondent à toutes les exigences de performance européennes les plus rigides.
  • Exempts de substances toxiques, radioactivité et contaminants nuisibles à la santé.
  • Emballés avec habilité et soin et expédiés en toute sécurité.
  • Marqués CE avec l’aval de tests sévères exécutés dans des laboratoires agréés au niveau européen.
  •  Accompagnés de toute la documentation établie par les lois, décrets et directives en plus de conseils utiles, notices d’instructions et vérifications qui à chaque étape permettent de surveiller toutes les phases et aident les utilisateurs à obtenir ce qu’il y a de mieux, en vue de satisfaire à toute exigence personnelle, privée ou publique.

Ce mélange de passion, expérience, compétence et professionnalisme représente l’attention et le soin portés à chaque détail typique de l’excellence artisanale italienne.

En quelques mots …

Qualité à 360° étape par étape pour confirmer l’envie et la volonté spasmodiques de s’améliorer constamment.